« Banque de la jeunesse » de Sarkozy : la grande escroquerie !

Publié le par carolineadomo

 

Les précisions apportées par les conseillers du candidat sortant à la - vague - promesse de création d'une « Banque des étudiants » confirment à quel point, derrière les effets d'annonce, Nicolas Sarkozy porte un projet de société hostile aux jeunes et avoue son propre échec et ses trahisons.


Effets d'annonce, puisque la « Banque de la jeunesse » est devenue en moins de 24h un site Internet mettant en relation jeunes et banques, traduisant la faiblesse du projet de Nicolas Sarkozy. Un moteur de recherche sera sans doute plus performant que le nouveau coup de com' du candidat sortant. 


Projet de société dangereux pour les jeunes, quand il n'envisage l'accès à l'enseignement supérieur qu'à travers l'endettement des étudiants, qui s'est traduit partout par un renforcement des inégalités sociales. 


Trahison de la parole donnée en 2007, puisque le candidat sortant déclarait en janvier 2007, porte de Versailles : « Si vous en avez besoin, vous recevrez une allocation de formation de 300 € par mois ». Cet engagement n'a évidemment pas été tenu, pas plus que d'autres qui sont aujourd'hui recyclés, souvent avec moins d'ambition, dans cette « banque » comme le montrent ces quelques citations du candidat de 2007 :


« Vous aurez le droit d’emprunter à taux zéro avec la garantie de l’Etat pour financer votre projet personnel et vous commencerez à rembourser cet emprunt à partir du moment où vous aurez obtenu votre premier emploi ». 

« Je veux créer un système de cautionnement public qui mutualise les risques et permette d’emprunter à tous ceux qui ont un projet ».

« Je propose que l’Etat garantisse l’emprunt de celui qui n’a pas de relations… ».

Discours de Nicolas Sarkozy à Paris, 14 janvier 2007. 


« L’Etat, lui, doit mettre sa signature au service de celui qui n’a pas de caution – je suis pour un service public de la caution ».
Entretien avec Le Monde, 23 janvier 2007.


Rien de tout cela n'a été fait. En revanche, les Français ont aidé les banques, sans qu'elles assument mieux leur rôle dans l'économie. Comment croire une seconde un candidat qui réédite des promesses non tenues ? Les jeunes de France ne se laisseront pas tromper par cette véritable escroquerie. 


François Hollande a fait de la jeunesse sa priorité et s’engage à faire le nécessaire pour qu’en 2017 les jeunes vivent mieux qu’aujourd’hui. Le 22 avril et le 6 mai seront l’occasion de changer les choses, de redonner de la justice et du collectif à notre pays, un sens à l’action publique, par le vote en faveur de François Hollande.

 

 

 

 

Par Delphine Batho et Laurianne Deniaud, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article