François Fillon, comptable des erreurs de Nicolas Sarkozy.

Publié le par carolineadomo

 

 

A Toulon, François Fillon s’est fait l’illustration du proverbe « la meilleure défense, c’est l’attaque ». En se livrant à une charge inouïe contre le programme de François Hollande, il tente de faire oublier que Nicolas Sarkozy n’a, à ce jour, présenté aucun programme aux Français.


Monsieur Fillon et son parti entrent ainsi dans l’Histoire de notre pays à reculons : jamais dans la Ve République le candidat d’un parti majoritaire ne s’était retrouvé sans programme à 22 jours du premier tour de l’élection présidentielle.


A Monsieur Fillon qui demandait à ses militants de lui citer « une seule mesure qui soit à la hauteur des efforts que nous devons produire si nous voulons sauver notre modèle de vie », je répondrai en lui citant 7 mesures :

 

  • Restaurer le droit de partir à la retraite à 60 ans pour les personnes qui ont commencé à travailler très jeunes.
  • Supprimer les transactions bancaires avec les paradis fiscaux pour libérer notre modèle économique de la finance spéculative.
  • Rétablir l’égalité devant l’impôt en mettant fin aux privilèges fiscaux comme la « niche Copé ».
  • Redonner du sens à nos services publics en mettant un terme à la règle de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.
  • Grandir la place de la France dans l’Europe en renégociant les politiques européennes d’austérité.
  • Garantir le pouvoir d’achat des Français en réduisant le montant des factures d’eau et d’électricité pour les plus modestes, en bloquant le prix de l’essence.
  • Rendre effectif le droit des Français au logement, par l’encadrement des loyers.

 

 

En 2007, François Fillon se disait à la tête d’un pays en faillite. En 2012, on peut le dire à la tête d’une campagne en faillite : faillite d’idées, faillite morale, faillite de crédibilité.

 

 

 

 

 

Par Najat Vallaud-Belkacem, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article