La parité : la crédibilité par la preuve !

Publié le par carolineadomo

 

L'UMP,  à travers la député Marie-Jo Zimmermann, a bien maladroitement lancé une nouvelle polémique cette fois-ci sur le sujet de la parité. Il s'agit là d'un sujet sur lequel la droite gagnerait à se faire discrète tant son bilan en la matière est famélique.

 

L’UMP est en effet le champion toutes catégories du non respect de la parité. En 2008, l'UMP payait à elle seule quatre cinquièmes de la pénalité financière essuyée par les partis politiques réfractaires, soit plus de 4 millions d’euros. En 2012, le PS présente 50% de femmes candidates aux législatives, quand l’UMP n’en présente que 28% et s’accroche à son titre de cancre de la parité.

 

François Hollande, s’il est élu, a la volonté de renouer avec le combat pour la parité partout. Cela passera d’abord par un gouvernement paritaire, et il s’y est fermement engagé.

 

Les socialistes ont donné l’exemple en faisant confiance aux femmes, et ils continueront dans cette voie. Ainsi, Elisabeth Guigou a été la première femme garde des Sceaux en France, Martine Aubry dirige le Parti socialiste, la seule Première ministre que la France ait connue, Edith Cresson, est socialiste, et Ségolène Royal a représenté les socialistes lors de la dernière campagne présidentielle.

 

La parité est un enjeu démocratique vital. C’est une fin autant qu’un moyen, au service de l’égalité entre les femmes et les hommes. François Hollande fait de cette bataille un axe fort de son projet. C’est pourquoi il rétablira un ministère de plein exercice des Droits des Femmes, comme l’avait fait François Mitterrand pour la 1ère fois en confiant cette responsabilité à Yvette Roudy. 

 

 

 

 

Par Marie-Arlette Carlotti, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article