Longuet – NKM : des propos inadmissibles démonstratifs d’une perte de sang-froid dans l’entourage de Nicolas Sarkozy !

Publié le par carolineadomo

 

 

Successivement, Nathalie Kosciusko-Morizet et Gérard Longuet ont exprimé des propos inadmissibles de mépris du parlement suite à la demande d’audition des dirigeants de la DCRI et de la DGSE, la première parlant de « basses manœuvres à la haute assemblée » et le second accusant Jean-Pierre Bel d’entreprendre une « astuce de sous-préfecture » à travers cette demande d’audition.

 

Par ailleurs la porte-parole de Nicolas Sarkozy fait preuve d’une grave méconnaissance du travail en commission, en arguant qu’il ne revient pas à la Commission des lois du Sénat comme de l’Assemblée Nationale de demander ce type d’audition, alors même qu’il s’agit d’une des plus importantes commissions parlementaires et que l'audition du dirigeant de la DCRI a déjà été effectuée dans ce cadre-là.


En tentant de justifier l’injustifiable décision du gouvernement, les proches de Nicolas Sarkozy ne font que révéler de manière chaque fois plus accablante, la culture du silence qui règne depuis cinq ans au sommet de l’Etat.


 

L’inanité des arguments et basses polémiques engagées par les proches de Nicolas Sarkozy traduisent bien le malaise qui se répand suite à cette entrave intolérable des droits du Parlement en l’occurrence du Sénat de contrôler l’action de l’exécutif. L’agressivité à l’endroit du Sénat et de son président Jean-Pierre Bel est aussi  une démonstration de ce mépris et d’une perte de sang-froid inquiétante.


Mais plus grave encore, l’ensemble de ces attitudes constitue une offense aux familles des victimes et à l’ensemble du peuple français ébranlé par ce drame qui attend que toute la clarté sur le déroulement de ces opérations. Après cette décision et les attitudes de renfermement sur lui-même de ce pouvoir à bout de souffle, les soupçons de failles dans l’organisation des services se trouvent inévitablement renforcés. Aujourd’hui l’ensemble des Français se demandent les raisons qui expliquent cette décision incompréhensible. Hélas, il s’agit-là de la triste démonstration de l’opacité qui est devenue la règle à la tête de l’Etat. 

 

 

 

 

Par Bruno Le Roux, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article