Recherche du bouc-émissaire, division des Français, seuls enseignements d’un discours creux et dénué de propositions.

Publié le par carolineadomo

 

Le discours de Villepinte de Nicolas Sarkozy s’inscrit parfaitement dans la continuité de la campagne sans saveur, ni proposition, du président sortant. A quelques semaines du premier tour, la recherche des propositions du candidat sortant relève toujours de l’exploration, tant elles sont inexistantes.

 

Une fois de plus, ce discours, annoncé en grandes pompes, se réduit à une vaste opération de communication, et à l’énonciation de bouc-émissaires : tantôt l’Europe, qu’il a pourtant contribuée à réduire à l’accumulation des plans de rigueur, tantôt les émigrés venus sur le sol français en quête de prestations sociales, tantôt les chômeurs pointés du doigt une fois de plus comme des assistés. La réalité, c’est que le seul projet de Nicolas Sarkozy c’est la recherche permanente du coupable pour tenter maladroitement de voiler son propre échec, mais aussi la stigmatisation et la division des Français qui se déclinent par l’usage du referendum.

 

François Hollande dans son discours du Bourget avait, de son côté, défendu une vision d’une France rassemblée, s’attaquant aux véritables problèmes des Français que sont l’emploi et le pouvoir d’achat.


En l’absence de propositions, sinon la violence de son propos, les Français n’auront forcément que la facture laissée par le président-sortant pour se prononcer : enchaînement des déficits, hausse du chômage, augmentation des inégalités, hausse des violences aux personnes. 

 

 

 

 

Par Bruno Le Roux, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article