RSA jeunes : Nicolas Sarkozy dépose lui-même le bilan de son quinquennat.

Publié le par carolineadomo

 

 

Pendant cinq ans, Nicolas Sarkozy a occulté la détresse des jeunes en France et décide de passer par pertes et profits les rares dispositifs de soutien qui existent. Aujourd’hui, en disant « non à un RMI jeunes, non à un RSA jeunes », le candidat sortant admet son échec et fait passer à la trappe une aide qu’il a lui-même mise en place, le RSA jeunes, en septembre 2010 !

 

De fait, le constat d’échec de la droite en matière de jeunesse est sans appel : taux de chômage des 18-25 ans trois fois plus élevé que celui des 25-49 ans ; déscolarisation massive avec 150 000 jeunes quittant le système scolaire sans diplôme ; pauvreté en hausse avec près d’un quart de jeunes en-dessous du seuil de pauvreté.

 

Au nom de quoi un jeune qui travaille mais gagne peu ne devrait-il pas bénéficier du complément du RSA, comme les plus de 25 ans ? Pourquoi le fait d’être jeune devrait-il signifier l’accumulation des obstacles : contrats précaires, revenus faibles et donc, absence de complément du RSA ?

 

La seule réponse, c’est le travail, la formation, le respect. François Hollande fait de l’emploi des jeunes sa priorité, avec la création de 150 000 emplois d’avenir et la mise en place du contrat de génération. Il fait de l’éducation et de la formation un objectif majeur, et veut permettre aux jeunes d’être respectés et reconnus, en leur permettant d’accéder à un logement (mise en place d’une caution solidaire) ou à la santé (garantie d’accès à une contraception gratuite).

 

 

 

 

Par Marisol Touraine, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article