Triste anniversaire pour la loi instituant le droit au logement opposable !

Publié le par carolineadomo

 

 

Le logement est cher, de jeunes adultes retournent vivre chez leurs parents faute de pouvoir en assumer la charge, des familles vivent dans des logements humides et mal isolés, des enfants souffrent de saturnisme, des hommes et des femmes vivent dans la rue, dans des foyers, dans leur voiture, dans des caravanes, d’autres attendent des années avant de pouvoir accéder au logement social faute de HLM en nombre suffisant, des personnes âgées cessent de se chauffer l’hiver parce qu’elles ne parviennent plus à payer les factures… Tel est le visage du logement – du mal logement à dire vrai – en 2012.


Cinq ans se sont écoulés depuis l’adoption de la loi instituant le droit au logement opposable (DALO). Annonce surprise d’un Président de la République sur le départ, un soir de réveillon, la loi DALO promulguée dans les derniers mois du quinquennat Chirac traîne encore, cinq ans après, son inefficacité et son impréparation. Là où une concertation avec les collectivités territoriales aurait permis de les associer à la responsabilité, l’Etat s’est voulu autoritaire et se révèle impuissant. Les communes qui ne respectent pas le seuil minimum de logements sociaux ne contribuent pas non plus au relogement des demandeurs de logements reconnus prioritaires au titre du droit au logement opposable. Quant à l’Etat, il a déjà été condamné pour ne pas avoir fourni de logements comme la loi l’y oblige… dans le département du Président de la République sortant : les Hauts-de-Seine ! Hélas, en cas de condamnation, c’est à un fonds que l’Etat paie des pénalités financières et non à la famille lésée ! Sa situation ne s’en voit donc pas améliorée.


La priorité de François HOLLANDE est de lutter contre le logement cher pour permettre à chacun de bien se loger, sans se ruiner. Encadrement des loyers, mise à disposition gratuite de terrains de l’Etat pour y réaliser des logements sociaux, renforcement de l’article 55 de la loi Solidarité et renouvellement urbains de sorte qu’à terme un logement sur quatre soit un logement social… autant d’engagements qui permettront de tenir enfin les promesses du droit au logement opposable.

 

 

 

 

Par Thierry Repentin, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article