Avec N. Sarkozy, répondre aux besoins des quartiers populaires, c'est toujours pour après-demain !

Publié le par carolineadomo

 

Nicolas Sarkozy croit qu'en parlant fort à Villepinte il va faire taire les millions de voix des habitants des quartiers qui connaissent la réalité de son bilan et qui ne croient plus à ses promesses ni à ses caricatures.

 

Où sont passés Fadela Amara et son Plan espoir banlieue ? Où sont Jean-Louis Borloo et l'ANRU, non financée après 2013 ? Le budget de la ville s'effondre et les quartiers s'enlisent. Les politiques publiques d'emploi, de réussite scolaire, de logement, de transport ont oublié les banlieues et, des 42 milliards de la rénovation urbaine, moins de 3% proviennent des caisses de l'Etat. Le gouvernement à déserté. Il a laissé les élus locaux et les habitants seuls pour inventer avec énergie un avenir et des réponses.

 

Les quartiers ne manquent ni de créativité, ni de vitalité. Les acteurs locaux ont confiance en eux. Le président de la République, lui, les méprise. Contrairement à Nicolas Sarkozy qui ne va plus à leur rencontre, François Hollande n'a pas besoin de CRS pour s'y rendre. Il a rencontré de nombreuses associations, des élus et des habitants, lors de ses déplacements à Bonneuil, à Evry, à Reims, à La Seyne-sur-mer...

 

François Hollande tient un discours de respect, de refus ferme des discriminations et de propositions pour l'égalité de tous les citoyens devant le service public : accès à l'emploi, aux soins, à une école de qualité, à la justice, au logement, à la formation, à la culture...

 

 

Avec François Hollande, nous sommes tous citoyens à part entière, que l'on habite un quartier populaire, un village isolé, une banlieue pavillonnaire ou un centre-ville !

 

 

 

 

 

Par Thierry Repentin, Equipe de campagne de François Hollande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article